Faire installer un faux plafond

Dans le cadre d’une construction ou d’une réhabilitation de la maison, l’idée d’installer un faux plafond peut être une bonne idée. Il s’agit d’une structure indépendante du plancher de l’étage supérieur que l’on ajoute au plafond d’origine. Contrairement au plafond traditionnel, cette structure se compose de matériaux plus modernes comme le PVC. Le but est de recouvrir une partie ou la totalité du plafond initial afin de le décorer ou de rendre plus pratique. Voici quelques astuces pour faire installer un faux plafond dans les normes.

Choisir un type de faux plafond

Il existe plusieurs types de faux plafond et l’installation en dépend. Si bien qu’il est nécessaire d’avoir un petit aperçu. Principalement, on retrouve deux types de faux plafonds : le plafond tendu et le plafond suspendu. Dans l’un ou l’autre des cas, le but est de donner à la pièce un aspect pratique et en même temps esthétique.

Faire installer un faux plafond

Le plafond tendu est surtout utilisé pour son aspect décoratif. Les locaux privés et professionnels en sont tous pourvus. Il s’agit d’une toile thermoplastique étirable fait en PVC et de rails que l’on pose sur le pourtour du plancher. Dans le cadre d’une rénovation afin de dissimuler les recoins abîmés ainsi que les câblages électriques, ce type de faux plafond est recommandé. Tout en masquant les désavantages, il permet aussi une bonne isolation pour la maison.

Le plafond suspendu, quant à lui, est un plafond posé en dessous de la structure initiale pour le dissimuler. Il est principalement fait avec du plâtre, du PVC, du métal, des suspentes et des rails. Il se distingue entre autres par son installation bien plus facile. On l’utilise surtout dans l’isolation thermique ou dans l’installation d’un éclairage intégré. Mais comment procéder à la pose de faux plafond ?

Pose de faux plafond : mode d’emploi

Qu’il soit suspendu ou tendu, le faux plafond nécessite une bonne technique pour éviter d’avoir à le refaire et pour que le résultat final soit réussi et durable. Il est ainsi plus judicieux de faire appel à un professionnel pour faire les travaux. Mais si vous envisagez de procéder à la pose du faux plafond sans l’aide d’un ouvrier, il vous faut connaître quelques méthodes.

Après avoir effectué le bon choix des matériaux à utiliser, on commence par dessiner l’emplacement des suspentes. La fixation se fait ensuite par un ajustement de ces dernières suivi de l’installation des cornières. Par ailleurs, l’emplacement des luminaires doit être repéré à l’avance pour que le faux plafond y adhère par les trous qui leur correspondent et que l’électricité soit aussi mise en place. On pose les rails et on termine par l’installation des plaques qui vont servir pour le faux plafond. A noter qu’il s’agit d’une procédure généralisée. Si quelques détails vous échappent, n’hésitez pas à demander l’avis d’un professionnel. Et si vous hésitez par rapport aux coûts que les travaux vont engendrer, sachez que comme tous les travaux de l’habitation, il est possible de demander un devis et de procéder à un comparatif avant de choisir le professionnel répondant à vos attentes.

En somme, le faux plafond est une structure très prônée à l’époque actuelle. Il s’agit d’une option avantageuse en termes d’esthétique puisqu’il permet de décorer votre intérieur par des teintes satinées, mates, laquées ou avec des motifs ; en termes de praticité car il permet d’installer tout en dissimulant le système d’éclairage ; en termes de durabilité car la structure est faite avec des matériaux résistants ; et en termes d’hygiène dans la mesure où le faux plafond est aujourd’hui équipée d’un système anti-acarienne, antistatique et antibactérienne.